Skip to content

Gertrudis Van de Vijver

by sur juin 16, 2011

Mardi 21 Juin, à 17h, nous accueillons Gertrudis Van de Vijver.

Pour préparer la séance: Van De Vijver, G. (2004). Auto-organisation, identité, autonomie : figures kantiennes, Revue internationale de philosophie, 2004/2 n° 228, p. 219-241.

De l’auto-organisation à l’auto-réflexion: un point de vue transcendantal

Gertrudis Van de Vijver

Centre for Critical Philosophy
Ghent University

RÉSUMÉ: Plusieurs penseurs ont souligné que toute réflexion sur l’autonomie ou l’auto-organisation requiert une prise en compte de l’observateur. La deuxième cybernétique en est sans doute l’exemple le plus marquant du vingtième siècle et a été source d’inspiration d’abord pour les sciences humaines et sociales, où la place de l’observateur est tout naturellement occupée par le sujet humain. Pour les sciences biologiques, l’idée de connecter de manière intrinsèque l’objet observé et l’observateur n’a pas vraiment eu le même effet. Toutefois, les auteurs adoptant cette voie soulignent tous la priorité de la question de l’organisation ou de la structure – comment un système dynamique tient-il ensemble et comment résiste-t-il à des perturbations internes et externes – et reconnaissent que l’auto-organisation est un problème d’organisation, qui mène à un problème de connaissance objective. La philosophie transcendantale, en particulier celle de Kant, est utile dans ce contexte pour situer les enjeux épistémologiques liés à l’auto-organisation.

Il s’agit en effet, comme le montre Kant dans sa troisième Critique, de saisir la signification de l’impossibilité de connaître objectivement les systèmes auto-organisationnels, en prenant en compte la nécessité d’ajouter un supplément subjectif, supplément qui prend la forme de la supposition de la finalité interne. Kant nous permet ainsi de montrer (i) comment l’auto-organisation nous mène à examiner le statut de la connaissance objective, dans sa relation avec la conditionnalité subjective, (ii) comment elle ouvre plus largement la question du point de vue à partir duquel quelque chose est qualifié d’auto-organisationnel, (iii) comment une approche transcendantale peut éviter un espace réflexif dualiste coincé entre objectivisme et subjectivisme.

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :